NEADS Logo - Accueil
Trouvez-nous sur : Facebook YouTube

QuestionQuestion:
À qui les étudiants ayant des troubles d’apprentissage peuvent-ils s’adresser afin de recevoir des fonds pour les aider à payer les frais d’évaluation de leur état?


Événements prochains

Voir d'autres événements

Autre site d'intérèt


Advertisement



Accès aux documents scolaires pour les étudiant(e)s incapables de lire les imprimés

Constatations et conclusions

Dans la section qui suit, nous présentons les principales constatations des deux enquêtes. Nous présentons chaque enquête séparément, et ensuite une discussion plus détaillée de certains facteurs, en particulier les « questions doubles » desquelles nous avons tiré passablement d'information.

Nous pouvons résumer comme suit les résultats de l'enquête auprès des étudiants :

Au delà des données démographiques sur le profil de nos répondants, établi à l'aide du questionnaire, les principaux points qui émergent de l'enquête sont que les étudiants ne reçoivent pas les documents scolaires dans des délais raisonnables, et qu'ils n'ont pas toujours accès à la version intégrale des ouvrages. En outre, 42 % des répondants indiquent qu'ils ne reçoivent aucune aide financière pour leurs documents scolaires en média substitut. Et pour ceux qui reçoivent un financement, seulement 37 % indiquent que ce financement est suffisant.

Quarante six pour cent des étudiants ne reçoivent pas la version intégrale des ouvrages en média substitut. Il existe une lacune dans la fourniture de documents scolaires en média substitut, en terme de disponibilité des documents requis et recommandés. Dix neuf pour cent indiquent que tous leurs documents sont disponibles en média substitut, 50 % indiquent qu'une partie des documents est disponible, et 30 % indiquent qu'aucun document n'est disponible. Pour ce qui est de la disponibilité des documents recommandés en média substitut, 20 % indiquent que tous les documents sont fournis en média substitut, 54 % indiquent qu'une partie est fournie, et 25 % indiquent qu'aucun n'est disponible.

Pour ce qui est des étudiants recevant dans des délais raisonnables leurs documents en média substitut, on constate de nouveau une lacune majeure, 39 % les recevant toujours dans des délais raisonnables, 50 % parfois et 11 % jamais.

Les principaux obstacles à l'obtention dans des délais raisonnables sont l'équipement, le personnel, les fonds et les professeurs. Pour ce qui est des professeurs, les données sur les délais raisonnables sont les suivantes : 40 % toujours, 43 % parfois, 7 % jamais, 11 % n.a. Outre les manuels et les ouvrages, d'autres documents doivent être fournis comme les trousses d'inscription, les bulletins et les journaux étudiants, qui devraient tous être fournis en média substitut si on veut que les étudiant(e)s handicapé(e)s participent pleinement à la vie universitaire et académique.

Quand on demande aux étudiants s'ils connaissent la Loi sur le droit d'auteur, 65 % indiquent qu'ils ne connaissent pas leurs droits, 16 % indiquent qu'ils ne connaissent pas leurs responsabilités. Pour ce qui est de la qualité des documents scolaires en média substitut, 25 % des répondants la juge excellente, 40 % la jugent bonne, mais 26 % estiment qu'elle est moyenne et 9 % la trouvent faible.

L'utilisation du logiciel de numérisation Kurzweil est applaudie, tout comme le temps supplémentaire accordé pour les examens et les aménagements pour les examens en général, ainsi que l'obtention rapide des documents, du moins pour ceux qui les reçoivent. Les réponses ont été positives aux questions portant sur la réception des documents dans un média au choix de l'étudiant et sur la disponibilité et la qualité des technologies adaptées. Le personnel des centres de services aux étudiant(e)s handicapé(e)s est également très apprécié par les étudiants, en raison du soutien qu'ils en reçoivent.

Pour ce qui est des expériences plus négatives, les pires pour les étudiants sont les retards dans l'obtention des documents, la piètre qualité des bandes audio et les professeurs qui constituent un obstacle à l'obtention à temps des documents scolaires en média substitut ou qui ne sont pas ouverts aux besoins des étudiants incapables de lire les imprimés.

Quant aux suggestions des étudiants afin d'améliorer la situation, les principaux thèmes qui ressortent sont les suivants : les professeurs doivent répondre dans des délais raisonnables, on devrait fournir plus d'installations pour la production de documents dans différents médias sur le campus même, on devrait améliorer la qualité de la photocopie, il faut fournir les lecteurs et il faudrait accroître le nombre d'ordinateurs, le personnel de soutien et le nombre de livres cassettes. En outre, les éditeurs devraient convertir davantage leurs ouvrages en média substitut. Ce ne sont que quelques unes des recommandations formulées par les étudiants incapables de lire les imprimés et qui ont participé à notre recherche.

On trouvera à la section précédente un profil complet des dispensateurs de services qui ont répondu à notre questionnaire, et leurs réponses aux questions. Nous pouvons résumer comme suit les constatations de l'enquête auprès des dispensateurs de services. Tout d'abord, les données obtenues les questionnaires aux étudiants et aux dispensateurs indiquent que l'on pourrait améliorer la prestation des services dans plusieurs domaines. Par exemple, en fournissant davantage de ressources Web en média substitut, en formant davantage de personnel ou en donnant plus d'information sur la disponibilité des médias substituts.

On a abondamment mentionné la nécessité de mettre en place un système orchestré et efficace d’accès aux fichiers des éditeurs. On constate également le besoin d'accroître la communication et l'éducation pour ce qui est des responsabilités et des droits en matière de droit d'auteur. D'après les données de l'enquête, il semble également qu'il serait avantageux, pour les dispensateurs de services dont les établissements produisent à l'interne des documents scolaires, de mieux comprendre le mécanisme de financement alloué à la production de documents scolaires en média substitut, et de fournir des recommandations pour ce qui est des ressources additionnelles requises. Les autres domaines perfectibles sont la formation, où il faut faire davantage et probablement établir des procédures normalisées de formation. Afin de tenir compte des divers besoins en média substitut, la version intégrale des textes doit être fournie quand les étudiants en ont besoin, ce qui peut se faire par l'intermédiaire d'une organisation de services provinciale / régionale, ou sur le campus. Il est également souhaitable que les personnes qui travaillent dans le secteur de la prestation de services aient plus d'autorité et de ressources, afin d'assurer la livraison à temps des documents scolaires en média substitut.

À cet égard, les données indiquent les zones grises pour ce qui est de la prestation de services, mais de nombreux problèmes sont atténués par l'engagement et le succès des dispensateurs de services. Ce qui est probablement le plus intéressant en terme de « critique » de la prestation de services, c'est ce que les étudiants ont à dire à ce sujet. Dans la section suivante, nous présentons les réponses données aux questions qui ont été posées à la fois aux étudiants et aux dispensateurs de services.

Analyse sélective des questions « croisées » (en double)

La question 15 dans l'enquête auprès des étudiants et la question 16 dans l'enquête auprès des dispensateurs de services posent la même question : « Dans quel(s) format(s) doivent être vos documents scolaires? ». Le tableau 34 présente le pourcentage relatif des réponses. La première colonne présente les pourcentages indiqués par les dispensateurs de services pour les types de médias demandés le plus par les étudiants. La deuxième colonne indique les réponses des étudiants à cette même question. On constate une différence notable dans de nombreux points. Toutefois, on doit se rappeler, pour le média « le plus demandé », que les étudiants ne basent pas nécessairement leurs réponses sur les demandes faites à un dispensateur de services. Il faut noter également que, aux fins de cette recherche, nous avons présenté une liste détaillée de types de média, mais que l'audionumérique peut comprendre le MP3 et les livres DAISY.

Le plus demandéRequisPréféré
% (dispensateurs de services)% (étudiants)% (étudiants)
Texte électronique421622
Braille1123
Gros caractères12119
Image PDF562
Texte PDF0134
Audio analogue14149
Audionumérique9149
MP3873
Livres DAISY076
Graphiques tactiles020
Vidéo descriptive030
Autre0732

Tableau 1. Comparaison des médias substituts requis et préférés

Toutefois, on constate un très large écart dans le pourcentage indiqué pour deux types de format : texte électronique et Braille. Quarante deux pour cent des dispensateurs de services qui ont répondu indiquent que le texte électronique est le média le plus demandé. Pourtant, chez les étudiants, le pourcentage pour cette question est beaucoup plus faible : 16 %. De plus, on constate un écart important pour ce qui est de la demande de textes en Braille. Selon les dispensateurs de services, 16 % des étudiants qui demandent un média substitut demandent du Braille. Toutefois, seulement 2 % des étudiants indiquent qu'ils demandent des textes en Braille. Il y a lieu de noter, cependant, qu'un pourcentage important de nos répondants est constitué d’étudiants avec des troubles d’apprentissage qui n'ont pas besoin de textes en Braille. Les étudiants indiquent qu'ils ont « besoin » de ces médias le plus, mais apparemment ils ne les demandent pas autant aux dispensateurs de services. Toutefois, pour ce qui est des autres médias présentés dans cette question « en double », les pourcentages sont similaires par rapport à ce que les étudiants demandent et ce que les dispensateurs de services estiment qu'on leur demande.

La question 17 dans l'enquête auprès des étudiants permet de comprendre ce qui se passe. Dans cette question, on demande aux étudiants d'indiquer leurs trois principaux médias substituts préférés. Examinons leurs premiers choix. Quand on les compare aux pourcentages ci dessus, la seule différence notable entre les deux enquêtes est de nouveau pour les textes électroniques et le Braille. La catégorie « autre » contient un grand nombre de réponses, comme le logiciel Kurzweil, qui est un logiciel de reconnaissance de la voix utilisé pour la lecture des livres.

Un autre message important qui ressort de cette enquête est que l'on constate des différences dans la connaissance qu'on a des questions de droit d'auteur et des aménagements spéciaux. Les mêmes questions ont été posées aux étudiants et aux dispensateurs de services (voir l'annexe), et il est intéressant d'examiner la façon dont les deux groupes ont répondu aux questions dans ce domaine.

Dispensateurs de servicesÉtudiants
Connaissent leurs droits en matière de droit d'auteur68,1 %36,5 %
Connaissent leurs responsabilités en matière de droit d'auteur68,7 % 84,7 %

Tableau 2. Comparaison de la connaissance de la Loi sur le droit d'auteur

Les données de ce tableau indiquent que les dispensateurs de services connaissent autant leurs droits que leurs responsabilités en matière de droit d'auteur. Toutefois, un peu plus du tiers de tous les dispensateurs de services ne connaissent pas leurs droits ou leurs responsabilités, pour ce qui est des exceptions prévues dans la Loi canadienne sur le droit d'auteur pour les personnes ayant des déficiences de perception. C'est un chiffre troublant, qui demande une analyse approfondie de la loi actuelle sur le droit d'auteur et une réévaluation de la façon dont on pourrait lever les obstacles, tant pour les étudiants que pour les dispensateurs de services.

La question 26 dans l'enquête auprès des dispensateurs de servies porte sur les barrières à la livraison efficace et efficiente des aides et des services. La question 22, dans l'enquête auprès des étudiants, portait sur le même thème.

BarrièresDispensateur de services
%Étudiant %
Personnel13 %23 %
Financement20 %24 %
Équipement17 %19 %

Tableau 3. Comparaison des barrières

Les réponses à ces questions sont éclairantes, les statistiques étant similaires pour le financement et l'équipement. La seule différence importante est le pourcentage relatif des répondants qui ont indiqué que le « personnel » constitue une barrière. Treize pour cent des dispensateurs de services estiment qu'il s'agit d'une barrière, tandis que 23 % des étudiants pensent la même chose. Il est probable que les étudiants ont plus fréquemment à faire avec le personnel et les professeurs, et donc sont davantage confrontés à des retards ou des obstacles, que les dispensateurs de services.

Un des faits saillants des enquêtes est la qualité des documents scolaires en média substitut. On a demandé aux dispensateurs de services (question 10) d'évaluer la qualité de la production « à l'interne » des documents scolaires en média substitut. On a également demandé aux étudiants d'évaluer la qualité des documents scolaires en média substitut qu'ils reçoivent (question 33). Les questions ne sont donc pas identiques. Toutefois, 51 des 67 dispensateurs de services qui ont répondu produisent des médias substituts à l'interne, et donc les réponses sont fort intéressantes.

Évaluation de la qualitéÉtudiants %Dispensateur de services %
Faible8,9 %2 %
Moyenne26 %39 %
Bonne40 %45 %
Excellente25 %14 %

Tableau 4. Comparaison de l'évaluation de la qualité des documents scolaires en média substitut

Il ressort de ces statistiques que les étudiants sont plus aptes à trouver les documents de « faible » qualité, que les dispensateurs de services. Treize pour cent de plus de dispensateurs de services estiment que la qualité est « moyenne », par rapport aux étudiants, mais les pourcentages sont similaires pour ce qui est de la catégorie « bonne ». Enfin, 25 % des étudiants estiment que la qualité des documents scolaires qu'ils reçoivent en média substitut est de qualité « excellente », ce pourcentage étant de seulement 14 % pour les dispensateurs de services.

À la question 31, on demandait aux dispensateurs de services de choisir dans une liste les autres types d'information auxiliaire offerts aux étudiants en média substitut. On a posé la même question aux étudiants (question 29).

InformationRéponses des étudiantsRéponses des dispensateurs de services
Trousses d'inscription27 (15 %)25 (14 %)
Descriptions de cours38 (21 %)31 (17 %)
Guides des services sur le campus27 (15 %)28 (16 %)
Annuaires de cours33 (18 %)31 (17 %)
Horaires29 (16 %)30 (16 %)
Bulletins / journaux17 (9 %)19 (10 %)
Autres10 (5 %)14 (8 %)

Tableau 5. Comparaison de l'information auxiliaire disponible en média substitut

Ce tableau indique manifestement que les dispensateurs de services et les étudiants ont des réponses très similaires à cette question. De plus, cela semble être une bonne indication que la population étudiante connaît assez bien les différents types d'information qui existent ou qui peuvent être mis à leur disposition en média substitut.

Table des matières


Haut

All contents copyright ©, 1999-2018, National Educational 
Association of Disabled Students. All rights reserved.