NEADS Logo - Accueil
Trouvez-nous sur : Facebook YouTube

QuestionQuestion:
Où puis-je trouver des manuels en médias substituts?


Événements prochains

Voir d'autres événements

Autre site d'intérèt


Advertisement



Accès aux documents scolaires pour les étudiant(e)s incapables de lire les imprimés

RECOMMENDATIONS

Le projet entrepris par NEADS avec ses partenaires à partir de décembre 2003 a eu une portée et un impact importants. D'après les recherches effectuées, les consultations réalisées pendant le projet Accès aux documents scolaires pour les étudiant(e)s incapables de lire les imprimés et les mémoires des autres organisations, nous recommandons ce qui suit :

  • Les étudiants du secondaire incapables de lire les imprimés, peu importe le type de déficience, devraient avoir accès aux documents scolaires pour leurs études dans un ou plusieurs médias substituts de leur choix.
  • Les documents doivent être offerts dans les délais raisonnables afin de permettre aux étudiants qui ne peuvent pas utiliser les imprimés standard de poursuivre leur éducation collégiale et universitaire sur un pied d'égalité avec les étudiants sans déficience, avec un accès égal à tous les outils pédagogiques.
  • Les éditeurs devraient offrir leurs livres en un format accessible, utilisable et électronique, et ce, à un prix raisonnable.
  • Diverses initiatives, comme le National Network for Equitable Public Library Service for Canadians with Print Disabilities qui vise à mettre en place un dépôt offrant les fichiers électroniques des éditeurs aux producteurs de médias substituts, devraient être soutenues afin d'améliorer l'accès des Canadiens et des Canadiennes à l'information.
  • Par ailleurs, des modifications s'imposent à la Loi canadienne sur le droit d'auteur, afin que les besoins des personnes incapables de lire les imprimés soient reconnus et pris en compte.
  • Les étudiant(e)s handicapé(e)s ont droit à une version complète des manuels et de toute l'information disponibles en version imprimée, y compris le texte, les graphiques, les diagrammes, les tableaux, etc.
  • Il y a lieu d'établir des normes professionnelles de production de qualité pour les textes et les autres documents pédagogiques en média substitut au Canada, mais cela ne devrait pas influer sur les délais de livraison. C'est pourquoi les centres de services aux étudiant(e)s handicapé(e)s et les bibliothèques des collèges et des universités devraient avoir suffisamment de ressources, de personnel et de technologies pour continuer de produire à l'interne les documents dans divers médias et types, selon les besoins des étudiants.
  • En fait, on doit disposer de plus de ressources pour permettre aux organisations qui possèdent les capacités et l'expertise de produire les documents scolaires de manière professionnelle.
  • Les livres et autres documents pédagogiques produits de manière professionnelle, dans tous les médias, devraient être largement diffusés afin d'en permettre le partage entre les écoles, les bibliothèques, les provinces et les divers domaines de compétence.
  • Les professeurs, les enseignants et les chargés de cours doivent être disposés à répondre aux besoins pédagogiques de tous leurs étudiants, y compris ceux et celles qui sont incapables de lire les imprimés. Les listes de documents requis et les exigences de chaque cours doivent être établies suffisamment à l'avance, pour permettre aux étudiants d'obtenir les documents dans le média de leur choix, et ce, dès le début de chaque semestre.
  • L'accessibilité ne se limite pas aux seuls manuels de cours. Les étudiant(e)s incapables de lire les imprimés doivent pouvoir participer à tous les aspects de la vie collégiale et universitaire, et donc avoir accès aux autres types de documents, y compris les annuaires de cours, les guides et les journaux étudiants.
  • Les professeurs et les enseignants doivent mieux comprendre les besoins des étudiant(e)s incapables de lire les imprimés dans leurs classes, et être familiers avec ces besoins. Tout dépendant de l'école, cela pourrait prendre la forme de séances de formation et d'ateliers pour les professeurs, auxquels pourraient participer les étudiants et le personnel des centres de services aux étudiant(e)s handicapé(e)s.
  • Les établissements postsecondaires et les professeurs utilisent Internet pour présenter le matériel de cours. Les sites Web des universités et des collèges doivent être pleinement accessibles, notamment pour les personnes qui utilisent des logiciels de lecture d'écran.
  • La technologie peut être l’outil qui permettra aux étudiant(e)s handicapé(e)s de réussir pleinement leurs études au niveau postsecondaire. Les étudiants qui ont besoin de documents en média substitut doivent avoir accès à la technologie la meilleure et la plus appropriée qui soit (matériel et logiciel) et ce, à un prix abordable. Les étudiants doivent pouvoir utiliser l'équipement chez eux, et également dans les centres de services aux étudiant(e)s handicapé(e)s sur les campus, dans les bibliothèques et dans tous les laboratoires informatiques.
  • Pour utiliser pleinement ces technologies, les étudiant(e)s incapables de lire les imprimés doivent recevoir une formation professionnelle, pour savoir comment utiliser l'équipement.
  • Les étudiants sont souvent obligés de produire eux mêmes des documents scolaires en média substitut. Cela peut prendre beaucoup de temps et être épuisant, ce qui laisse moins de temps pour l'étude. Les étudiant(e)s handicapé(e)s doivent recevoir leurs documents scolaires dans le média de leur choix, d'une source fiable.
  • Un des plus grands obstacles à l'accès à l'éducation postsecondaire pour les étudiant(e)s handicapé(e)s est l'absence d'un financement adéquat leur permettant de fréquenter les collèges et universités, compte tenu des coûts associés à leur déficience. Le Programme canadien de prêts aux étudiants et les programmes provinciaux d'aide aux étudiants doivent continuer de soutenir les étudiant(e)s handicapé(e)s, par l'intermédiaire des Subventions canadiennes pour études et des programmes provinciaux similaires, tant en terme de financement d'équipement et des services, mais aussi pour le financement de l'équipement et des coûts de service associés à l'accès aux documents scolaires en média substitut, dont les étudiants ont besoin.

Nous concluons ce rapport en recommandant que l'on poursuive les consultations avec les principales parties intéressées. Ces groupes comprennent : les étudiants, par l'intermédiaire de l’Association nationale des étudiant(e)s handicapé(e)s au niveau postsecondaire, les bibliothèques et les consommateurs handicapés, par l'intermédiaire du Conseil sur l'accès à l'information pour les Canadiennes et les Canadiens incapables de lire les imprimés (soutenu par Bibliothèque et Archives Canada) et la Canadian Association of Education Resource Centres for Alternate Formats, ainsi que les dispensateurs de services regroupés dans l'Association canadienne des conseillers en services aux étudiants handicapés au post-secondaire. Toutes les parties intéressées ne devraient pas ménager leurs efforts afin d'encourager les éditeurs à produire à la source des versions de leurs manuels en média substitut accessible.

Enfin, parmi les principales conclusions, nous recommandons que les établissements postsecondaires se dotent d'un bureau ou d'une personne dont la responsabilité serait d'assurer la liaison entre les professeurs et les départements d'une part, et les centres de services aux étudiant(e)s handicapé(e)s d'autre part, afin que l’on réponde aux besoins de chaque étudiant en matière de documents scolaires en média substitut. Cet employé ou ce bureau pourrait également faire partie de l'équipe du centre de services aux étudiant(e)s handicapé(e)s, tout dépendant de la structure des services dans chaque établissement. Les tâches de cette personne ou de ce bureau pourraient notamment consister à assurer l'accès aux documents scolaires dans des délais raisonnables.

Table des matières


Haut

All contents copyright ©, 1999-2018, National Educational 
Association of Disabled Students. All rights reserved.