NEADS Logo - Accueil
Trouvez-nous sur : Facebook YouTube Twitter

QuestionQuestion:
Si je choisis de poursuivre mes études à l’extérieur de ma province ou de mon territoire, est ce que le montant d’aide financière que je pourrai obtenir sera limité?


Événements prochains

Voir d'autres événements

Autre site d'intérèt


Advertisement



Projets

Accès-Succès: Guide de l’employeur

Affronter la mer et arriver à bon port : Une initiative nationale d’emploi de l’Association canadienne des centres de vie autonome

Par Susan Forster, Gestionnaire de projets nationaux, Affronter la mer et arriver à bon port

Affronter la mer et arriver à bon port est une initiative nationale d’emploi coordonnée par l’Association canadienne des centres de vie autonome (ACCVA)1 avec le financement du Fonds d’intégration de Développement des ressources humaines Canada. Toute personne de 16 à 64 ans ayant n’importe quel type de déficience et qui est en chômage est admissible à du soutien individualisé par l’entremise du programme Affronter la mer et arriver à bon port (AMABP) afin d’atteindre ses objectifs d’emploi.

Affronter la mer et arriver à bon port a soutenu depuis 1997 plus de 3 550 personnes handicapées et 1 108 (31 %) de ces participant-e-s sont ensuite devenus employé-e-s à temps plein ou à temps partiel, y compris un petit nombre de personnes qui ont choisi le travail autonome. Nos Centres travaillent également directement chaque année avec des jeunes personnes handicapées qui sont souvent à la recherche de leur premier emploi sur le marché du travail.

Affontrer la mer et arriver à bon port est offert à l’échelle locale dans la plupart des Centres membres de l’ACCVA. Voir la fin du présent d’article pour la liste des endroits et les moyens de nous contacter.

Un facilitateur du perfectionnement professionnel dans chacun des Centres qui participent au programme AMABP travaille individuellement avec chacune des personnes handicapées pour répondre à ses besoins individuels. Certain-e-s participant-e-s ont besoin de soutien préalable à l’emploi et pourraient être en train d’entreprendre le voyage vers l’emploi. D’autres personnes sont à la recherche d’un stage bénévole, d’un programme d’expérience de travail, ou encore elles veulent perfectionner leurs compétences en suivant des cours (par exemple un programme d’alphabétisation), terminer leurs études secondaires, s’inscrire au collège ou à l’université.

Beaucoup de participants sont toutefois employables. Et un grand nombre de nos facilitateurs du perfectionnement professionnel travaillent directement avec les employeurs et désirent beaucoup présenter des candidat-e-s qualifiés pour les postes affichés.

Voici quelques conseils susceptibles d’être utiles pour recruter des étudiant-e-s et des diplômé-e-s de niveau postsecondaire handicapés :

  • Indiquez clairement sur chaque avis d’emploi vacant que vous encouragez les personnes compétentes handicapées à présenter leur candidature.
  • Prenez l’habitude de transmettre vos avis d’emploi vacant au Bureau des étudiant-e-s handicapés des collèges ou des universités de votre région.
  • Envoyez toujours vos avis d’emploi vacant au centre de vie autonome le plus près de chez vous, ou aux grands fournisseurs de services aux personnes handicapées, ou les deux.
  • Prenez l’habitude de demander aux personnes que vous convoquez à une entrevue d’emploi, et qui ont indiqué qu’elles ont une déficience, si elles ont besoin d’aménagement pour passer l’entrevue.
  • Engagez un-e étudiant-e d’été ayant une déficience. Un grand nombre de personnes handicapées à la recherche d’un emploi ont besoin d’obtenir un premier emploi pour acquérir de l’expérience réelle de travail. Vous pourrez offrir une merveilleuse opportunité à une jeune personne handicapée et vous pourriez même peut-être l’engager ensuite après l’obtention de son diplôme.
  • Cultivez vos contacts dans la collectivité de l’éducation et des personnes handicapées afin de pouvoir vous constituer une banque de curriculum vitae.
  • Assurez-vous que toutes les fonctions de recrutement et de ressources humaines prennent l’aspect déficience en considération.

L’aménagement en milieu de travail est un domaine avec lequel peu d’employeurs sont familiers. Voici quelques suggestions :

  • Les personnes handicapées à la recherche d’un emploi sont différentes dans ce qu’elles connaissent de l’aménagement en milieu de travail. Mais beaucoup de jeunes personnes handicapées n’ont pas eu d’autre choix que d’apprendre à se débrouiller et sont devenues ainsi leurs propres « spécialistes de l’aménagement ».
  • Demandez directement à l’employé-e en puissance comment aménager votre milieu de travail pour faciliter sa tâche. Vous pourrez découvrir un puits de connaissances sur l’aménagement du milieu de travail juste en profitant du propre savoir-faire de votre nouvel employé dans ce domaine.
  • Si ce n’est pas le cas, vous pouvez vous adresser au centre de vie autonome le plus près de chez vous, ou aux fournisseurs pertinents de services aux personnes handicapées pour obtenir de l’information et des ressources.
  • Il est vraiment essentiel pour la réussite de l’aménagement du milieu de travail que tous ceux et celles qui participent au processus travaillent en équipe.
  • La personne handicapée qui commence à travailler chez vous doit jouer le rôle le plus actif possible dans ce processus pour que l’aménagement du milieu de travail soit une vraie réussite.

Le programme Affronter la mer et arriver à bon port et mon expérience personnelle de personne handicapée m’ont démontré qu’après avoir été engagées, beaucoup de personnes handicapées n’ont pas les mêmes possibilités de promotion que leurs collègues non handicapé-e-s. Il pourrait vous être utile, à titre d’employeur, de considérer d’abord la personne handicapée comme une personne, et ensuite comme un-e employé-e handicapé. La déficience est une caractéristique de cette personne. Si vous voyez d’abord la personne, cela vous permettra peut-être de mieux voir le potentiel de votre nouvel employé-e. Ces suggestions sont la base d’élaboration d’un programme d’emploi accessible et efficace.

Nous avons bien réussi de diverses façons avec Affronter la mer et arriver à bon port. Voici quelques exemples. Parmi les jeunes personnes qui ont participé à notre programme, il y en a une qui occupe maintenant deux emplois à temps partiel dans le commerce de détail. Une autre personne, devenue handicapée à l’âge adulte, a appris un nouveau métier et est devenue chauffeur d’autobus scolaire. D’autres personnes ont été engagées par la fonction publique, ont lancé leur propre entreprise, sont devenues des spécialistes de la conception de sites Web et ont publié des livres. Une personne s’est lancée dans l’exploitation d’une ferme laitière, une autre a été nommée à la Commission ontarienne des droits de la personne; une autre encore a été engagée par un de nos centres de vie autonome pour travailler dans son programme de soutien par les pairs.

Nous sommes très fiers des réalisations du programme Affronter la mer et arriver à bon port. L’un des beaux aspects du programme est que la plupart de nous qui travaillons au programme, y compris nos facilitateur-trice-s du perfectionnement professionnel et moi-même à titre de gestionnaire, sommes également des personnes handicapées. Si vous êtes un employeur dont l’organisation est assez importante pour avoir un service des ressources humaines, songez à engager comme expert-e-conseil en ressources humaines une jeune personne diplômée handicapée. Ce serait alors à votre tour d’intégrer au milieu de travail une personne dotée de compétences précieuses acquises avec l’expérience.

Si vous voulez plus d’information sur le programme Affronter la mer et arriver à bon port, voici une liste d’endroits d’un bout à l’autre du Canada :

Colombie-Britannique : Duncan, Nanaimo, Richmond, Vernon, Victoria
Alberta : Calgary
Saskatchewan : Regina, Saskatoon
Manitoba : Winnipeg
Ontario : Collingwood, Kapuskasing, Kingston, Ottawa, Parry Sound, St. Catharines, Thunder Bay
Québec : Montréal, Trois-Pistoles, Val D’Or
Nouveau-Brunswick : Shippagan
Nouvelle-Écosse : Halifax
Terre-Neuve et Labrador : St. John’s

Pour plus d’information sur chacun de ces endroits, vous pouvez contacter Susan Forster, Gestionnaire des projets nationaux, ACCVA, par courriel à projects@cailc.ca ou par téléphone au (613) 563-2581, poste 14.

*L’Association canadienne des centres de vie autonome (ACCVA) est un organisme cadre national qui compte 24 centres de vie autonome d’un bout à l’autre du Canada. Ces centres sont dirigés par et pour des personnes handicapées. Nous coordonnons le programme Affronter la mer et arriver à bon port et beaucoup d’autres projets pour les personnes handicapées. Pour en savoir plus sur l’ACCVA et sur la philosophie de la vie autonome qui sous-tend tout ce que nous faisons, nous vous invitons à visiter notre site Web à www.cailc.ca.


Haut

All contents copyright ©, 1999-2018, National Educational 
Association of Disabled Students. All rights reserved.