NEADS Logo - Accueil
Trouvez-nous sur : Facebook YouTube Twitter

QuestionQuestion:
À qui les étudiants ayant des troubles d’apprentissage peuvent-ils s’adresser afin de recevoir des fonds pour les aider à payer les frais d’évaluation de leur état?


Événements prochains

Voir d'autres événements

Autre site d'intérèt


Advertisement



Aller de l'avant

Exemples de réussites étudiantes

Photo of MaryAnne Duchesne



"Il faut tout
d'abord établir
ses objectifs.
Si vous établissez
des objectifs,
respectez-les et
faites-le pour
vous-même, et
non pour
quelqu'un d'autre."

MaryAnne Duchesne

MaryAnne Duchesne est une étudiante adulte des Territoires du Nord-Ouest ayant une déficience visuelle. Elle est également représentante des Territoires au Conseil d'administration de NEADS et secrétaire-trésorière de l'Association. Le fait d'être une étudiante handicapée dans les Territoires du Nord-Ouest, où les services dont peuvent profiter les autres régions du pays prennent plus de temps à être offerts, lui a posé beaucoup de problèmes. Elle mentionne toutefois que sa détermination lui a permis de surmonter ces défis.

MaryAnne n'a plus que deux cours à terminer pour obtenir son diplôme en administration du Collège Aurora. Avant de débuter ses études en 1997, MaryAnne a travaillé pendant plusieurs années. Le fait d'avoir fait ses études secondaires à une différente époque que les étudiant-e-s actuels et d'avoir occupé un emploi dans le milieu du travail en tant que personne handicapée, MaryAnne a pu être témoin de nombreux changements dans les services et le traitement offerts aux personnes handicapées des Territoires du Nord-Ouest.

" Lorsque j'étais au secondaire, il n'y avait pas beaucoup de possibilités d'aménagements, mentionne-t-elle. Il fallait plutôt se débrouiller pour survivre et c'était la même situation dans les nombreux emplois que j'ai occupés. Ce n'est qu'en 1995, lorsque j'étais à l'emploi de la commission des accidents de travail que j'ai pu obtenir des aménagements spéciaux. "

Jusqu'à ce moment, MaryAnne ne savait pas qu'elle avait droit de demander des aménagements en raison de sa déficience. Elle dit que même si le Collège Aurora est un petit campus, elle a pu souvent obtenir des aménagements lorsqu'elle en avait besoin. On lui a donné la possibilité de rédiger de nombreux examens en larges caractères de 14 points, ce qui lui facilite la lecture, et a découvert par la suite qu'elle pouvait faire ses examens à l'aide d'un ordinateur. " Étant donné que mon écriture ressemble plus à des pattes de mouche, j'étais ravie d'apprendre cela, " ajoute-t-elle.

De plus, de nombreux enseignant-e-s ont bien voulu lui remettre des copies de notes de cours afin qu'elle puisse relire les passages qu'elle avait manqués. Inutile de dire que le rapport avec ses professeur-e-s lui ont facilité la vie. MaryAnne indique que le fait d'étudier dans un programme au Collège Aurora qui est relié à une plus grande université, l'Université d'Athabasca, l'a beaucoup aidé, car les administrateurs de l'Université d'Athabasca ont pu intervenir en sa faveur dans certaines situations problématiques. Elle mentionne cependant que son assurance pour approcher les professeur-e-s a été la clé de ses succès.

Sa situation financière représentait un autre défi pour MaryAnne -obtenir de l'aide financière et apprendre à l'utiliser de façon responsable. Elle dit qu'elle a été très prudente avec son budget. " J'ai appris très tôt (lorsqu'elle était bénéficiaire de prêts d'études), que le premier versement du prêt ne me permettrait de vivre que de septembre à Noël. Le deuxième versement en janvier m'a permis de poursuivre mes études jusqu'à la fin de l'année scolaire. Je suppose que les vacances de Noël n'étaient pas calculées dans ce prêt. "

En plus de payer ses frais de scolarité, elle a eu à se débattre pour trouver des fonds afin de s'acheter des lunettes de lecture pour ses études. Elle a approché le ministère des services sociaux et de la santé des Territoires du Nord-Ouest pour obtenir 1000 $ pour l'achat de ses lunettes. " Cela dépend de l'humeur des fonctionnaires, s'ils sont de bonne humeur, vous pourrez obtenir votre financement. Si non, vous aurez à faire des pressions auprès de votre député provincial, " souligne-t-elle. Après trois à cinq mois d'attente, elle a obtenu ses lunettes. Mais elle a eu à prendre un autre processus par la suite après avoir abîmé cette paire.

MaryAnne conseille aux étudiant-e-s qui veulent réussir de considérer leurs études postsecondaires " comme un emploi ". En suivant des cours du soir, elle pouvait faire sa préparation pendant la journée. Chaque cours, mentionne-t-elle, nécessitait de 3 à 5 heures de lecture par semaine. Elle s'assurait donc de faire ses lectures la même journée que ses cours alors que ses notes étaient encore fraîches à son esprit. Elle rédigeait ses travaux au cours de la fin de semaine. De plus, elle a formé des groupes d'études qui lui ont permis de se préparer pour ses examens, de comparer ses réponses aux travaux d'autres étudiant-e-s, et ainsi de corriger ses erreurs avant de remettre ses travaux.

" Il faut tout d'abord établir ses objectifs, " de dire MaryAnne pour réussir ses études collégiales ou universitaires. " Si vous établissez des objectifs, respectez-les et faites-le pour vous-même et non pour quelqu'un d'autre. "




Haut

All contents copyright ©, 1999-2018, National Educational 
Association of Disabled Students. All rights reserved.