NEADS Logo - Accueil

QuestionQuestion:
Qu’est-ce que je dois faire pour obtenir des livres en braille, sur audiocassette ou sur disquette?


Événements prochains

Voir d'autres événements

Autre site d'intérèt


Une expérience de travail payée et enrichissante pour des diplômés postsecondaires

Stages lancement de carrière

Média

Des inquiétudes qui persistent: les étudiantes et étudiants postsecondaire, un an avec COVID-19

Sommaire

Le présent rapport résume une recherche sur l’opinion publique menée auprès d’étudiantes et étudiants de niveau postsecondaire de partout au Canada à la fin de mars et au début d’avril 2021. Il vise à présenter un aperçu de l’expérience des étudiantes et étudiants, un an après le début de la pandémie de COVID-19. Il constitue également une suite au rapport de l’ACAE de mai 2020 intitulé Les étudiants sont toujours inquiets : COVID?19 et études postsecondaires. Le présent rapport examine donc la façon dont ces défis, lacunes et obstacles ont évolué au cours de la dernière année, en plus de mettre en lumière des priorités ou préoccupations nouvelles ou persistantes.

Cette recherche sur l’opinion publique a été commandée par l’Alliance canadienne des associations étudiantes et menée par Abacus Data

Observations clés

La COVID-19 et les étudiantes et étudiants

Par rapport à la population générale, les étudiantes et étudiants sont plus susceptibles de signaler une dégradation de leur santé physique.  

Près des deux tiers des étudiantes et étudiants affirment que le déséquilibre de leur vie personnelle/professionnelle est malsain et 74 % disent qu’ils consacrent plus de temps qu’à l’habitude à leurs travaux.

Seulement 11% des étudiantes et étudiants ont déclaré n’avoir vu aucun changement dans leur situation financière en raison de COVID-19.

Seulement 12 % des étudiantes et étudiants mentionnent n’avoir constaté aucun changement dans leur situation financière en contexte de pandémie.

56 % des étudiantes et étudiants rapportent que leur capacité d’apprentissage a été affectée par la COVID-19.

Trois étudiantes et étudiants sur quatre disent que la formation livrée en ligne n’était pas d’aussi bonne qualité que la formation typique en classe.

SANTÉ MENTALE

Au cours de la dernière année, le pourcentage d’étudiants qui se sont dits stressés n’a pas changé (77 %).

On a également constaté une augmentation préoccupante du nombre d’étudiants qui disent être atteints de problèmes graves de santé mentale, notamment le désespoir (+16 %), l’impression d’être dépassé (+10 %) et la tristesse (+6 %). 

Globalement, les étudiants se disent préoccupés par leur propre santé (69 %), celle de leur famille et proches (78 %), leur capacité à trouver un emploi après l’obtention de leur diplôme (72 %) et leurs finances (69 %).

Non seulement la pandémie a aggravé les problèmes de santé mentale de 78 % des étudiantes et étudiants, mais elle en a créé de nouveaux pour 64 % d’entre eux.

Même si un certain optimisme demeure, le pourcentage d’étudiantes et étudiants qui se disent optimistes a chuté de 5 % dans la dernière année, pour atteindre tout juste 41 %.

ABORDABILITÉ

Près des deux tiers des étudiantes et étudiants disent qu’il leur est plus difficile de financer leurs études postsecondaires en contexte de pandémie.

Globalement, 88 % des étudiantes et étudiants ont rapporté avoir changé la façon de financer leurs études en raison de la COVID-19.

Moins d’étudiantes et étudiants ont éprouvé de la difficulté à trouver un emploi d’été que prévu (56 % (réel) par rapport à 68 % (prévu)).

Malgré l’aide du gouvernement et les meilleures perspectives d’emploi, l’aspect financier continue de préoccuper les étudiants, puisque 61 % sont inquiets quant à leur capacité de payer leurs droits de scolarité pour l’automne 2021, et que 65 % craignent d’avoir de la difficulté à payer leurs dépenses courantes à l’automne 2021.

ACCESSIBILITÉ

Comme prévu, l’accès à la formation en ligne a été difficile d’un point de vue technologique, puisque 54 % des étudiantes et étudiants ont rapporté des problèmes d’accès à Internet.

L’accès aux professeurs, aux instructeurs et aux assistants à l’enseignement a également été difficile; 76 % rapportent qu’ils n’étaient pas aussi accessibles que s’ils avaient été présents en classe avec eux.

Les étudiants internationaux étaient plus susceptibles de signaler des difficultés liées à l’accès aux mesures de soutien technologiques et en santé mentale par rapport à leurs collègues au pays.

Près de la moitié des étudiantes et étudiants ont dit avoir de la difficulté à trouver un logement sécuritaire où ils pouvaient respecter les directives de la santé publique.

SOUTIEN DU GOUVERNEMENT

64 % des étudiantes et étudiants disent avoir eu recours aux programmes de soutien du gouvernement : la Prestation canadienne d’urgence et la Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants ont été les plus populaires.

Globalement, les étudiantes et étudiants étaient satisfaits de l’aide du gouvernement, puisque seulement 18 % ont mentionné qu’elle était insuffisante. Cela étant dit, 48 % ont également affirmé que même si cette aide leur a été utile, elle ne répondait pas à tous leurs besoins.

De tous les programmes, les étudiantes et étudiants jugeaient que la réduction des taux d’intérêt sur les prêts d’études, la bonification des bourses d’études et les subventions à la création d’emplois ont été les plus importants.

Les étudiants les plus susceptibles de recourir à l’aide du gouvernement étaient ceux âgés de 17 à 29 ans (45 %), ceux qui étaient en première année de formation postsecondaire (44 %) et ceux qui ne disposaient d’aucun revenu personnel (47 %).

CASA ACAE

À propos de CASA ACAE

The Canadian Alliance of Student Associations advocates for better post-secondary education and aims to improve the lives of students. L'Alliance canadienne des associations étudiantes défend les intérêts des étudiant(e)s.

Source : Canadian Alliance of Student Associations




Haut

All contents copyright ©, 1999-2021, National Educational 
Association of Disabled Students. All rights reserved.