NEADS Logo - Accueil

QuestionQuestion:
Est-ce que le conseiller d’orientation de mon école secondaire peut m’aider à choisir un collège ou une université qui pourra répondre aux besoins particuliers liés à ma déficience tout en offrant des programmes de la qualité requise dans le domaine de mon choix?


événements prochains

Voir d'autres événements

Autre site d'intérêt


Une expérience de travail payée et enrichissante pour des diplômés postsecondaires

Stages lancement de carrière

Projets

Accs-Succs: Guide de lemployeur

Rpondre aux besoins en milieu de travail de leffectif handicap de la haute technologie du Canada

Par Neil Faba

La poursuite dune carrire en sciences peut tre une entreprise prouvante. Avec les dfis du travail scolaire en laboratoire et lextrieur au cours des tudes postsecondaires, et les dfis poss par le travail exig des scientifiques et des ingnieur-e-s nouveaux, la courbe dapprentissage peut manifestement tre raide.

Ajoutez une dficience au mlange, et ces dfis grandissent encore. Mais Reid Mulligan ne sest laiss arrter par rien de cela. Reid a obtenu un grade de premier cycle en gnie lectrique en 2002, de lUniversit Carleton dOttawa, Ontario. Si le fait dtre un tudiant en gnie ayant la paralysie crbrale la distingu des autres dans son programme, Reid dit quil a pass au travers de la plus grande partie des tribulations de la vie tudiante de la mme faon que les autres. Reid, qui utilisait un fauteuil roulant pour se dplacer sur le campus, mais qui est capable de marcher sur de courtes distances, dit que le fauteuil roulant posait certains dfis lcole, comme dans les espaces troits des laboratoires de recherche.

Les situations en laboratoire taient un peu difficiles, dit-il. Mais je pouvais me lever et me dplacer quand jen avais besoin. Si javais d tre toujours assis dans mon fauteuil, cela aurait t plus difficile. Ces laboratoires ntaient pas trop accessibles.

Reid Mulligant dit que le fait dtre lUniversit Carleton la aid en gnral sur le plan de laccessibilit. Les immeubles de luniversit sont tous relis par un systme de tunnel souterrain qui, sil est surtout conu pour abriter les tudiant-e-s de la rude temprature hivernale dOttawa, offre une faon rapide et facile aux tudiant-e-s handicaps daller dun cours lautre.

Comme Carleton, un grand nombre de campus postsecondaires du Canada offrent une accessibilit relativement bonne aux tudiant-e-s handicaps. Cela explique peut-tre pourquoi un nombre considrable de Canadien-ne-s handicaps dtiennent des diplmes collgiaux ou universitaires. Des statistiques de 1998 du Conseil canadien de dveloppement social (CCDS) dmontrent que plus du tiers des personnes handicapes du pays sont diplmes dun tablissement denseignement suprieur.

Mais la reprsentation des personnes handicapes dans lensemble de la population active, et dans les domaines des sciences et de la technologie en particulier, demeure faible. Dautres donnes de 1998 du CCDS indiquent que chez les diplm-e-s du postsecondaire de 16 34 ans, presque 40 % ayant une dficience ne faisaient pas partie de la population active pour cette anne au complet. Ctait le cas dautre part de seulement 2,8 % des diplm-e-s non handicaps.

Frank Smith, Coordonnateur national de lAssociation nationale des tudiant-e-s handicap-e-s au niveau postsecondaire (NEADS) une organisation voue laide et lamlioration des expriences ducatives des tudiant-e-s postsecondaires handicaps dit que le nombre lev de diplm-e-s handicaps des collges et des universits qui sont sans emploi vient de nombreux facteurs, dont le moindre nest pas la diffrence des niveaux damnagement quon trouve sur les campus et dans le milieu de travail.

Il est peut-tre plus facile de russir lcole quau travail, parce que beaucoup de campus ont dj des centres de services aux personnes handicapes pour les tudiant-e-s, et du matriel damnagement, dit M. Smith. Les compagnies nont pas toujours les ressources pour offrir des programmes damnagement ou rnover adquatement leurs immeubles.

Sanjeet Singh est daccord avec M. Smith en ce qui concerne la diffrence entre les amnagements offerts lcole et au travail. M. Singh, un reprsentant du conseil de NEADS qui a obtenu un grade de premier cycle en gnie lectrique de lUniversit de Calgary et qui fait actuellement une matrise en sciences et plus particulirement sur les systmes de positionnement global (GPS), a une dficience visuelle.

M. Singh dit quil a demand un cran dordinateur plus grand que les dimensions normales pour faire son travail de laboratoire, parce quil ne pouvait pas lire les donnes lcran. Sil dit quil a fallu beaucoup de temps pour rgler diffrentes questions administratives avant davoir ce quil voulait, M. Singh a fini par avoir un cran de 36 pouces lcole. Il dit quil a pu trouver par lentremise de lInstitut national canadien pour les aveugles ce quil na pas demand aux services aux personnes handicapes du campus.

Mais son exprience en milieu de travail a t diffrente. M. Singh dit quun stage chez Nortel qui sest avr un dfi pour lui et pour la compagnie lui a fait connatre quelques-unes des questions damnagement quil court la chance de rencontrer au cours de sa carrire. Il utilise ZoomText, un logiciel qui grossit les dimensions des caractres dordinateur pour les rendre plus lisibles. Il dit quil avait donc encore besoin dun cran plus grand pour afficher convenablement son travail et pouvoir le lire. Sil a fini par obtenir un cran plus grand, il dit quil a fallu un bon huit mois.

Le stage a t une grande transition pour moi, dit M. Singh. Il y avait certaines attentes des deux cts. Je ntais pas certain de ce qui allait se passer dans lenvironnement de travail, et les compagnies nont pas toujours ce quil faut pour relever de tels dfis inattendus. NEADS, qui aide les tudiant-e-s handicaps au cours de leurs tudes postsecondaires, commence largir son mandat en essayant dabord de combler lcart entre les tudiant-e-s qualifis handicaps et les employeurs prts engager des personnes handicapes, et en tentant ensuite de fournir de linformation aux employeurs sur les faons doffrir des adaptations efficaces aux employ-e-s ayant une dficience.

Les compagnies nous disent parfois quelles sont prtes engager des personnes handicapes et faire les amnagements ncessaires, mais quelles ne reoivent pas de demandes, dit M. Singh. Dautres compagnies engagent dj des personnes handicapes, mais elles ne sont pas ncessairement toutes des compagnies modles pour offrir les adaptations requises. Cest l que nous intervenons.

Llaboration dun guide pour les employeurs est un projet NEADS en cours. Le guide inclura de linformation sur les meilleures faons dannoncer les postes ouverts aux diplm-e-s du postsecondaire handicaps, sur les manires de faire lamnagement requis et sur les organisations susceptibles daider les employeurs en la matire.

Ce guide, qui prsente des profils demploy-e-s handicaps et dautres ressources pratiques, inclut de linformation sur les meilleures faons dannoncer les postes ouverts aux diplm-e-s du postsecondaire handicaps, sur les manires de faire lamnagement requis sur les organisations susceptibles daider les employeurs en la matire. Ce guide vient suivre la publication de NEADS, Connexions Emploi : une trousse doutils pour les jeunes ayant une dficience, qui offre aux diplm-e-s handicaps de linformation sur les compagnies et les organisations qui ont des programmes conus pour employer des personnes qualifies handicapes. Les deux guides dcoulent directement des forums sur le leadership tudiant et lemploi de NEADS, qui ont eu lieu dun bout lautre du pays au cours des cinq dernires annes, runissant les tudiant-e-s et les employeurs pour discuter de questions cls.

NEADS prsente galement de linformation prcieuse sur son site Web, www.neads.ca, lintention des tudiant-e-s handicaps qui sont encore lcole et pour ceux et celles qui entrent dans la population active, et galement pour les fournisseurs de services aux personnes handicapes et les employeurs. CampusNet, un projet en ligne de NEADS, offre un lieu o les leaders tudiants handicaps dun bout lautre du pays peuvent communiquer par voie lectronique. CampusNet offrira aussi bientt une banque demplois pour les tudiant-e-s, qui aidera encore plus les personnes handicapes faire sentir leur prsence au travail.

Reid Mulligan sait quel point la situation demploi peut prsenter des dfis, non seulement pour les diplm-e-s en sciences handicaps, mais pour toutes les personnes handicapes. Il dit quil a cherch activement du travail dans son domaine depuis quil a obtenu son diplme, mais quil ne sest rien prsent jusquici. Mais il demeure quand mme positif.

Cest difficile, mais cest galement tout fait comment le march est en ce moment, dit Mulligan. Jessaie de me garder jour en attendant, en lisant mes manuels. Et je commence regarder des organisations qui aident les personnes handicapes trouver des emplois. Je ne suis pas trop inquiet.

(Cet article est paru pour la premire fois dans le magazine scientifique en ligne Next Wave en juin 2003. Next Wave est une publication de la American Association for the Advancement of Science.)


Haut

All contents copyright ©, 1999-2024, National Educational 
Association of Disabled Students. All rights reserved.