NEADS Logo - Accueil

QuestionQuestion:
Est-ce qu’il y a une organisation nationale qui représente les étudiantes et étudiants handicapés?


événements prochains

Voir d'autres événements

Autre site d'intérêt


Une expérience de travail payée et enrichissante pour des diplômés postsecondaires

Stages lancement de carrière

Projets

Pour une approche pancanadienne des services, des amnagements et des politiques destins aux tudiant-e-s handicaps de niveau postsecondaire : assurer l'accs aux tudes postsecondaires et la formation axe sur la carrire

Communique | Sommaire | Conclusions | Commander une copie


Conclusion

La prestation de services aux tudiant-e-s handicaps doit tre pleinement soutenue par les tablissements d'enseignement postsecondaire et les gouvernements et doit tre dote de ressources financires et humaines suffisantes pour rpondre aux besoins des tudiant-e-s. L'ducation postsecondaire accessible commence par un engagement financier par le biais de paiements de transfert fdraux rehausss, une allocation de fonds aux collges et aux universits par les gouvernements provinciaux et l'engagement de chacun des tablissements d'enseignement visant soutenir et amliorer l'accs physique, les services et les amnagements destins tous les tudiant?e?s handicaps.

Parmi les rpondant-e-s, l'accessibilit apparat comme un aspect trs important dans le choix de l'tablissement postsecondaire qu'ils frquenteront, mais il est clair que les programmes d'tudes offerts dans un tablissement revtent, en gnral, une plus grande importance. Atteindre les objectifs scolaires de la population des tudiant-e-s handicaps canadiens exige un rseau aussi large que possible d'tablissements postsecondaires accessibles et un financement adquat pour pouvoir rpondre aux besoins de ces tudiant-e-s.

Les tudiant-e-s handicaps doivent pouvoir se servir des services et des programmes auxquels ils n'ont peut-tre pas accs dans leur province de rsidence. Ces tudiant-e-s doivent tre capables d'obtenir la meilleure formation scolaire, peu importe leur situation gographique. Par consquent, le soutien aux tudiant-e-s doit tre pleinement transfrable et on doit permettre aux tudiant-e-s d'aller dans une autre province afin de complter leur scolarit.

Le taux d'accs aux divers rgimes provinciaux de bourses financs par les fonds publics et destins aux tudiant-e-s handicaps varie grandement d'une province l'autre, selon nos rpondant-e-s. Il est probable que les tudiant-e-s dans certaines provinces ne font pas pleinement usage de ces programmes et peuvent, en fait, avoir besoin d'tre mieux informs sur leur existence et les rgles pour y accder. Il faut faire en sorte tout prix que l'accs aux fonds publics soit gal dans toutes les provinces pour toute la population tudiante prsentant une dficience puissent profiter d'une grande varit de choix d'tudes postsecondaires au mme titre que les tudiant-e-s non handicaps. Alors que nombre de dispensateurs de services interrogs disent qu'ils essaient d'aider les tudiant-e-s admissibles obtenir les fonds disponibles, la responsabilit de communiquer ces renseignements ne devrait pas tre impute uniquement ces intervenant-e-s. Les employ-e-s de l'tablissement d'enseignement dont les principales responsabilits comprennent la diffusion de l'information sur l'aide financire doivent tre aptes, tout le moins, fournir l'information sur les programmes d'aide financire gouvernementale pour les tudiant-e-s handicaps. Ils devraient tre capables, en outre, de rpondre aux questions des tudiant-e-s ou les diriger vers les sources o ils pourront obtenir l'information ncessaire. Les gouvernements, pour leur part, devraient viser simplifier le langage utilis dans la description de leurs programmes et faire en sorte que l'information soit disponible en imprims et par le biais des sites Web provinciaux, ainsi qu'en mdias substituts. Alors que ces questions demeurent complexes et, dans bien des cas, ncessitent une collaboration provinciale/fdrale, il doit y avoir des efforts concerts afin que les critres de financement et d'admissibilit des programmes provinciaux soient plus uniformes.

D'autres vidences tires de notre enqute suggrent que certains critres d'admissibilit de l'aide financire empcheraient des tudiant-e-s d'utiliser ces fonds pour l'achat d'quipements ou de services jugs ncessaires pour nombre de raisons. Les tudiant-e-s ayant des troubles d'apprentissage, en particulier, devraient tre une clientle cible pour la diffusion de l'information sur l'aide financire puisqu'ils prouvent souvent des difficults obtenir une aide financire pour leurs tudes.

L'interprtation en langage sign/orale, les documents en mdias substituts, les services de prpos-e-s aux soins et l'accs aux quipements technologiques sont quelques soutiens dont dpendent nombre d'tudiant-e-s handicaps de cycle postsecondaire pour atteindre leur plein potentiel pendant leurs tudes. Ces soutiens peuvent tre coteux et les programmes publics d'aide financire, dans bien des cas, fournissent des enveloppes de financement spcifiquement affect ces services. Toutefois, un certain nombre de programmes d'aide financire imposent des plafonds fixes au montant d'aide vers aux tudiant-e-s par session, peu importe la situation de l'tudiant. La situation de chacun des tudiant-e-s est diffrente. Un tudiant peut ncessiter un ou plusieurs types de soutien dont le cot peut dpasser le montant allou calcul en fonction du nombre de cours choisis. Par exemple, une tudiante peut avoir besoin d'un interprte de langage sign et un preneur de notes pour plus d'un cours par session, alors qu'un autre peut avoir besoin de livres en braille pour deux cours et des preneurs de note pour un autre. Le nombre d'exemples et de situations est illimit. Nous recommandons donc un systme de financement beaucoup plus flexible, un systme qui tient compte des exigences uniques de chacun des programmes d'tudes, demandant divers types de soutien en fonction des besoins de chaque tudiant. Le financement d'un type prcis de soutien ncessite suffisamment de flexibilit pour reflter les situations relles auxquelles sont confronts les tudiant-e-s et ne doit pas tre fond sur des besoins prsums et un calcul des cots moyens.

Un nombre lev d'tudiant-e-s n'ont pas donn d'valuation aux questions sur les aspects assurant l'accessibilit. Il est vident que certains tudiant-e-s n'taient pas prts rpondre aux questions sur les services et installations qu'ils n'utilisaient pas, mais de nombreux tudiant-e-s ont indiqu qu'ils ne savaient pas si certains soutiens/services dont ils avaient besoin taient disponibles. Frquemment, ils disent ne pas savoir comment accder aux services ou programmes qu'ils pourraient utiliss. On dnote certaines disparits relativement l'information sur la disponibilit des aides l'accessibilit. Les tudiant-e-s ont besoin d'tre davantage informs sur les aides et services dont ils auraient besoin pour complter leurs tudes. Les tablissements postsecondaires ne peuvent pratiquement pas rpondre la demande, mais ils doivent faire en sorte de faire connatre les services/soutiens offerts aux tudiant-e-s handicaps.

Nombre d'tudiant-e-s ont indiqu avoir appris l'existence de services aux tudiant-e-s handicaps dans leur tablissement par l'information fournie dans les documents d'admission. Or, les rponses des dispensateurs de services de notre enqute indiquent que la documentation au sujet des services aux tudiant-e-s handicaps n'est pas toujours offerte par tous les dispensateurs et il n'est pas vident que la majorit des tudiant-e-s obtiennent ces renseignements mme au cours de leur admission. En diffusant l'information sur les divers programmes et services aux tudiant-e-s ventuels et actuels, un tablissement devrait fournir les dtails spcifiques aux services/soutiens spcialiss offerts aux tudiant-e-s handicaps. De tels renseignements devraient tre insrs dans les brochures/calendriers de cours, les lettres d'admission, les sites Web et tout autre moyen utilis par l'tablissement pour informer les tudiant-e-s. On devrait galement communiquer ces renseignements aux dispensateurs de services pertinents dans les communauts et ceux des autres tablissements d'enseignement pour assurer la plus grande diffusion possible. Ainsi, les tudiant-e-s ne seraient pas obligs de s'identifier avant d'obtenir l'information. De plus, les tablissements devraient voir fournir tout renseignement en mdias substituts ou formats accessibles afin que les tudiant-e-s handicaps puissent se renseigner sans avoir demander de l'aide une autre personne. Dans le cas des renseignements fournis sur un site Web par exemple, tous les efforts devraient viser se conformer aux lignes directrices sur l'accessibilit universelle. L'information devrait tre facile trouver et ne devrait pas exiger une recherche exigeant beaucoup de temps. Les tablissements devraient offrir des dtails complets sur : 1) les types de services/soutiens disponibles aux tudiant-e-s handicaps sur le campus; 2) les critres d'admissibilit pour chaque type de services/soutiens disponibles; 3) l'information sur les personnes contacter et les endroits o les tudiant-e-s peuvent se rendre pour obtenir de plus amples renseignements. Ces renseignements pourront contribuer aider les tudiant?e?s bien choisir l'tablissement o il poursuivra ses tudes. L o il est possible, les tudiant-e-s devraient avoir accs aux documents pertinents qui traitent des droits des tudiant-e-s handicaps de l'tablissement.

Nombre de dispensateurs de services indiquent que leur tablissement est dot de politiques et de mesures de scurit, d'urgence et d'vacuation adquates. Cependant, les tudiant-e-s interrogs sont, pour la plupart, trs mal informs propos de ces politiques. Comme volet de l'orientation gnrale aux services destins aux tudiant-e-s handicaps, il est ncessaire de fournir des explications dtailles sur les mesures de scurit, d'urgence et d'vacuation afin d'assurer la scurit des tudiant-e-s handicaps.

La prestation de services aux tudiant-e-s handicaps doit tenir compte d'une grande varit de besoins relis la dficience - ceux d'ordre physique et mdical et ceux relatifs l'apprentissage. Un nombre peu lev de participant?e?s des tablissements mentionnent qu'ils peuvent rpondre aux besoins des tudiant-e-s sourds/malentendants, ceux qui prsentent une dficience mdicale et des problmes de sant mentale, et par la suite ceux prsentant d'autres types de dficience. Or, dans ces cas, le cot potentiel ou les exigences des services ne devraient pas empcher les amnagements ncessaires. Peu importe les raisons d'une telle situation, nous estimons comme important que tous les tablissements visent inclure les besoins des tudiant-e-s handicaps et y rpondre pleinement. Les tablissements devraient oeuvrer dans le but de reconnatre tous les tudiant-e-s handicaps, peu importe le nombre d'tudiant-e-s desservir.

Les tendances d'inscriptions passes et actuelles d'tudiant-e-s handicaps ne devraient pas servir de guide pour justifier le niveau d'engagement d'un tablissement quant l'adoption du principe de l'accessibilit comme priorit dans son ou ses campus. Les tudiant-e-s ne devraient pas tre dissuader de frquenter un tablissement de leur choix en raison du manque de services ou d'aspects assurant l'accessibilit. Les tablissements postsecondaires devraient tous constamment revoir et mettre jour leurs politiques et tenter d'amliorer le niveau d'accessibilit dans leur(s) campus (en consultation avec les tudiant-e-s), tant pour attirer de nouveaux tudiant-e-s que pour retenir ceux qui y sont dj. Les tablissements ont beaucoup apprendre entre eux et de la part d'organisations d'chelle nationale comme l'Association des universits et collges du Canada (AUCC) et de l'Association des collges communautaires du Canada (ACCC), lesquelles peuvent fournir leurs membres des mcanismes de discussion sur les questions d'intrt et d'changes d'informations pertinentes. La Canadian Association of Disability Service Providers in Postsecondary Education (CADSPPE) et l'Association nationale des tudiant-e-s handicaps au niveau postsecondaire (NEADS) reprsentent des ressources inestimables cet gard.

Il ne fait aucun doute, entre autres choses, que les pices justifiant la dficience obtenues de spcialistes pertinents servent de principal outil d'valuation pour dcider des amnagements les plus utiles pour les tudiant?e?s. Il y a toutefois des raisons lgitimes au fait que ces documents ne sont pas toujours jour, les cots et le manque d'installations disponibles proximit pour procder un premier ou deuxime diagnostic n'tant pas les moindres. Le refus pur et simple de dispenser des services un tudiant en raison de pices justificatives primes ne respecte pas la notion de soutien offert aux tudiant-e-s handicaps et l'application d'une approche moins rigide dans de tels cas serait beaucoup plus efficace. Les tudiant-e-s et les dispensateurs de services doivent travailler ensemble pour dfendre et promouvoir le plus grand accs aux services d'valuation. Offrir l'accs ce service sur le campus ou partager ces services en place dans un tablissement proximit reprsenterait au moins un premier pas pour remdier ce problme. Il est tout aussi important que les organismes gouvernementaux allouant des fonds aux tablissements soient mieux informs sur les situations que vivent les tudiant-e-s handicaps. tout le moins, les rgimes provinciaux d'assurance-maladie devraient prvoir certaines dispositions pour l'aide aux personnes cherchant obtenir un diagnostic et une attestation de dficience pour pouvoir poursuivre des tudes postsecondaires.

Au Qubec, le ministre de l'ducation n'alloue pas de fonds aux tablissements d'enseignement pour rpondre spcifiquement aux besoins des tudiant-e-s ayant des troubles d'apprentissage. Certains dispensateurs de services tentent nanmoins d'tendre les services aux tudiant-e-s prsentant des troubles d'apprentissage et nombre d'entre eux demeurent confiants que cette omission sera rectifie. Les tudiant-e-s ayant des troubles d'apprentissage doivent se faire entendre et on les encourage se joindre aux regroupements provinciaux affilis d'tudiant-e-s handicaps comme l'Association qubcoise des tudiants handicaps au postsecondaire (AQEHPS) et l'Association nationale des tudiant-e-s handicaps au niveau postsecondaire (NEADS) dans leurs efforts visant les faire reconnatre et ce qu'ils obtiennent un soutien complet au Qubec. Il y a place galement un rle important sur de telles questions de la part de la Canadian Association of Disability Service Providers in Postsecondary Education (CADSPPE).

Les tudiant-e-s estiment important le rle souvent jou par les dispensateurs et dispensatrices de services visant assurer l'accessibilit. Mme si les dispensateurs travaillent au sein d'autres services ou accomplissent d'autres tches en fonction de la taille de leur clientle, ils assurent une fonction d'intgration de grande valeur, travaillant pour faire en sorte que le principe de l'accessibilit s'tende au-del des portes de leur bureau. En duquant la communaut de l'enseignement, en offrant des services d'valuation et des conseils et en dfendant l'accessibilit dans divers contextes, les dispensateurs de services aux tudiant-e-s handicaps reprsentent un lment vital l'instauration d'un milieu accessible. Toutefois, il ne faut pas croire que la dfense et l'engagement en faveur de l'accessibilit soit seulement la responsabilit d'un dpartement ou d'une personne mais bien des efforts de la communaut de l'enseignement en entier, du ou de la titulaire de la prsidence dans une syndicat tudiant aux employs de soutien. Les questions lies l'accs des tudiant-e-s handicaps est l'affaire de tous les intervenant-e-s de la communaut et non seulement de quelques-uns.

L'accs des amnagements scolaires constituent un des lments de la prestation de services dont dpendent la majorit des tudiant-e-s handicaps. Les priodes prolonges d'examen, en particulier, revtent une importance vitale pour nos rpondant-e-s tudiants. Bien que moins frquemment signale par nos rpondant-e-s, l'administration des examens en mdias substituts est une facette essentielle de l'amnagement scolaire et les tudiant-e-s ne devraient pas avoir payer pour ces services. On prfre l'valuation individuelle du temps supplmentaire pour les examens tenant compte des besoins spcifiques relis une dficience et les commentaires des professeur?e?s aux formules normalises. On devrait cependant informer les tudiant-e-s sur les critres utiliss dans l'valuation du temps ncessaire avant d'administrer l'examen. On ne devrait pas faire sentir aux tudiant-e-s que les dcisions ont t faites arbitrairement sans tenir compte de leurs besoins spcifiques et on devrait mettre en place un environnement qui incite en tout temps une discussion franche.

Selon les dispensatrices et dispensateurs de services interrogs, les politiques relatives l'amnagement scolaire visent en gnral garantir un processus quitable d'valuation des examens et des travaux pratiques. Toutefois, les tudiant-e-s semblent moins satisfaits au sujet des autres types d'amnagement offerts comme, par exemple, dans le cas des modifications aux programmes ou aux limites de temps du programme d'tudes. On doit tenir compte de ces aspects relis aux besoins des tudiant-e-s et les incorpors aux politiques, reconnaissant ainsi les problmes lis la nature d'une dficience prcise.

On doit galement prvoir, comme amnagement scolaire, la prsentation, dans un temps convenable, de la documentation en mdias substituts pour les tudiant-e-s qui en ont besoin. Cela comprend le matriel en classe (comme par exemple, les manuels, les textes distribuer, les actates) et en dehors de la classe (comme les documents de recherche la bibliothque) qui viennent soutenir l'apprentissage et les efforts de recherche des tudiant-e-s. Dans plusieurs cas, cela ncessite la collaboration des professeur-e-s qui choisissent les documents utiliser dans leurs cours. Les tudiant-e-s ont galement la responsabilit de faire connatre leurs besoins aux divers intervenant-e-s. aucun moment doit-on laisser les tudiant-e-s handicaps un faible niveau de scolarisation du fait que les manuels scolaires ne sont pas disponibles ou qu'on accuse un retard de livraison des documents en mdias substituts.

Le corps professoral est de plus en plus sensibilis aux besoins des tudiant?e?s handicaps mesure que leurs nombres augmentent dans tous les programmes d'tudes. Cependant, beaucoup de professeur-e-s rsistent encore la ncessit d'adapter leur enseignement et n'agissent pas de faon contribuer positivement au processus d'apprentissage des tudiant-e-s handicaps. Les professeur-e-s et les comits de dpartement doivent connatre ce que reprsentent les dcisions de dernires minutes avant de choisir des charg-e-s de cours, un manuel scolaire ou la documentation lire pour un cours donn et leurs consquences sur les tudiant-e-s qui ont recours aux documents en mdias substituts. En outre, il demeure encore ncessaire de sensibiliser les professeur-e-s l'existence des " dficiences invisibles " qui ne sont malheureusement pas encore bien comprises ni largement reconnues. Les collges et les universits devraient offrir une formation tous leurs employ-e-s sur les questions de diversit, dont la sensibilisation la dficience. De plus, les dispensateurs et les organisateurs tudiants peuvent augmenter le nombre de leurs contacts en offrant une formation sur les questions relies la dficience dans les runions de dpartements et de professeur-e-s ainsi qu' celles des instances administratives de l'tablissement. tant donn que la majorit des tudiant-e-s handicaps sont plus souvent en contact avec leurs charg-e-s de cours qu'avec d'autres employ-e-s du campus, il est indispensable de tout mettre en oeuvre pour liminer les obstacles crs par les attitudes et faciliter l'tablissement d'un milieu des plus agrables pour tous les intervenant-e-s.

Le nombre d'tudiant-e-s ayant des troubles d'apprentissage ne cesse d'augmenter au niveau postsecondaire. Au moins un dispensateur de service interrog indique que son tablissement d'enseignement se spcialisait dans la prestation de services aux tudiant-e-s ayant des troubles d'apprentissage. Une autre dispensatrice de service mentionne que son tablissement offre, lors de l'admission, un programme de sensibilisation pour les tudiant-e-s ayant des troubles d'apprentissage. Nombre de ces tudiant-e-s obtiennent des services par le biais d'un centre de services de soutien l'apprentissage et d'un bureau de services aux tudiant-e-s handicaps, mais quelques dispensateurs de services doutent encore de la meilleure stratgie employer pour aider ces tudiant-e-s. Les mthodes pdagogiques qui visent rpondre aux besoins des tudiant-e-s prsentant des troubles d'apprentissage doivent tre enseignes plus largement par le biais de la formation dans les services. Alors que les membres du corps professoral de toutes les disciplines sont parfois rcalcitrants l'ide d'avoir modifier leur style d'enseignement, l'exprience d'tudiant-e-s interrogs laissent croire que ceux qui enseignent dans les programmes professionnels auraient peut-tre besoin d'une attention particulire du fait que ces enseignant-e-s ont, au dpart, peu de formation normative l'enseignement.

Les tudiant-e-s ayant des troubles d'apprentissage et les dispensateurs et dispensatrices de services pourraient bnficier d'un change d'informations sur les logiciels avec ceux et celles qui les utilisent et qui en valuent l'efficacit. Quelques tudiant-e-s prsentant des troubles d'apprentissage disent avoir trouv des logiciels qui leur sont utiles, mais prouvent des difficults obtenir le financement pour les acheter. Dans ce cas en particulier, les besoins relis la dficience ne devrait pas tre trait diffremment des autres besoins reconnus. Les tudiant-e-s ayant des troubles d'apprentissage devraient tre admissibles aux programmes d'achat d'quipement adapt. De plus, les mcanismes d'change d'informations sur les logiciels adapts aux tudiant-e-s prsentant divers types de troubles d'apprentissage devraient tre labors par les dispensateurs de services et d'autres employ-e-s pertinents.

Les quipements adapts sont largement utiliss par les tudiant-e-s interrogs. La plupart des tudiant-e-s disent avoir une prfrence pour certaines formes de services centraliss d'quipements adapts, mais ne veulent pas que leurs besoins soient marginaliss. Dans ce cas, l'idal serait de mettre sur pied un centre d'quipements adapts situ proximit ou au sein d'autres installations ou relis celles-ci (comme la bibliothque, les services de mdias substituts) et qui offre de la formation sur l'utilisation des quipements technologiques et les logiciels. Si, par contre, ces services sont situs au sein d'un bureau qui est accessible seulement durant les heures d'affaires, on ne pourra pas satisfaire entirement les besoins des tudiant-e-s. Les tudiant-e-s handicaps veulent galement que l'quipement adapt et les ordinateurs physiquement accessibles soient installs dans les laboratoires informatiques usage gnral dont les heures d'accs sont prolonges et l'emplacement normalement meilleur. cette fin, il serait sens de viser obtenir des licences de logiciels spcialiss et placer l'quipement dans des laboratoires o il sera plus en demande.

tant donn que les tudiant-e-s ont recours de faon de plus en plus marque la technologie informatique et Internet dans les campus, les tablissements doivent inciter les employ-e-s des services et systmes informatiques comprendre l'interaction des quipements adapts avec les systmes informatiques disponibles pour tous les tudiant-e-s du campus. Puisque le mandat de tout bureau de services ne vise pas exclusivement le soutien informatique, il est important de reconnatre o se trouve l'expertise et de regrouper les ressources afin que les tudiant-e-s handicaps puissent avoir le mme accs Internet et aux autres moyens technologiques au mme titre que les autres tudiant-e-s. De plus, les responsables des systmes informatiques doivent tre sensibiliss la ncessit de faire des choix clairs dans la slection de logiciels accessibles tous les tudiant-e-s. Il est galement essentiel de voir incorporer le principe de l'accessibilit des tudiant-e-s handicaps dans une stratgie d'applications informatiques.

Les dpenses relatives la prestation et l'excution rapide des amliorations dans le domaine des moyens informatiques ncessitent invariablement l'affection de fonds supplmentaires tant pour l'tablissement que pour l'individu. L'engagement des provinces visant rpondre de tels besoins varie grandement d'une province l'autre, mais les tudiant-e-s, les dispensateurs de services et les dirigeant-e-s des tablissements doivent se pencher plus attentivement sur les modes d'acquisition des quipements et viser desservir effectivement les besoins de tous les tudiant-e-s. Les tudiant-e-s handicaps doivent faire partie intgrante de tout processus consultatif visant tudier les besoins et l'achat en matire d'quipements spcialiss, puisque ce sont eux qui, en dfinitive, les utiliseront.

Quant aux services de soutien l'apprentissage, selon notre enqute, les tudiant-e-s utilisent frquemment les services de preneurs de notes. Les programmes ne sont pas toujours centraliss et les tudiant-e-s sont parfois obligs de recruter eux-mmes un ou une preneuse de notes en classe. Le recours des bnvoles donne parfois un service de faible qualit qui laissent les tudiant-e-s insatisfaits. Les tudiant-e-s et les dispensateurs de services doivent collaborer en vue d'valuer l'utilit de ces services et de voir si la formation, des stratgies plus dtailles de recrutement ou d'autres facteurs pourraient amliorer ce service.

L'tablissement de l'accessibilit physique dans les campus est un projet toujours en cours. Quelques rgles peuvent tre prcises, mais la planification et une plus grande consultation avec les tudiant-e-s et les autres intervenant?e?s pourraient prvenir des omissions, particulirement dans le cas de rnovations aux difices existants ou la construction de nouveaux btiments. Un nombre d'aspects relis l'accessibilit comme les rsidences accessibles, les tlphones publics accessibles aux fauteuils roulants et dots d'quipement pour les personnes sourdes ou malentendantes, les services alimentaires accessibles et autres, ne sont pas largement tablis et devraient demeurer une proccupation importante pour tous les intervenant-e-s. Il est galement vident partir des commentaires des personnes interroges que de nombreuses salles de cours ne sont pas exemptes d'obstacles et que les tudiant-e-s n'ont pas tous accs aux services de ramnagement des salles de cours. Les tudiant-e-s ont la possibilit de soulever cette question dans la salle de cours. De faon vidente, les tablissement d'enseignement devraient tablir un plan prcis dot d'un financement adquat affect l'amlioration de l'accessibilit physique des lieux, un plan accompagn d'chanciers fixes pour l'achvement de ces projets. cet gard, il est essentiel d'tablir et de maintenir des comits sur l'accessibilit comptant la reprsentation d'tudiant-e-s handicaps.

Il est ncessaire d'laborer une action concerte visant assurer la reprsentation et l'intgration du principe de l'accessibilit au sein de tous les aspects de la vie dans les campus. Les tudiant-e-s handicaps doivent tre encourags et soutenus dans leurs initiatives visant s'organiser, mais aussi afin de faire meilleur usage des ressources fournies pas les organisations tudiantes de plus grande taille. Les conseils tudiants des campus et les associations tudiantes sont bien placs pour fournir le soutien visant assurer l'accessibilit de toutes les installations et les activits et englober les tudiant?e?s handicaps. Les organisations nationales d'tudiant-e-s, comme la Fdration canadienne des tudiantes et tudiants, partenaire de notre projet, offrent galement un forum plus vaste pour soulever les questions relies l'accessibilit.


Haut

All contents copyright ©, 1999-2023, National Educational 
Association of Disabled Students. All rights reserved.